A la belle étoile…

A la belle étoile PDF

Il était une fois, dans notre Univers,
un petit cosmonaute nommé Edson
qui, chaque jour, parcourait ses terres
pour y cueillir les plus jolies étoiles.

Il était beau dans sa petite combi
aussi blanche et brillante que la galaxie.
On le voyait arriver de très loin
avec son panier dans les mains.

Ici, tout le monde le connaissait
et on l’invitait à chaque fois qu’il passait.
Car Edson était un artisan de lumière :
ses œuvres étoilées étaient extraordinaires!

A ceux qui aimaient manger et cuisiner,
il livrait de la salade de chou étoilé
avec un zeste de comète râpée
et de la poudre de rêve salée-sucrée.

A ceux qui aimaient les œuvres artistiques,
il peignait des toiles étincelantes,
sculptait des figurines magnifiques
ou écrivait des histoires passionnantes.

A ceux qui aimaient cultiver leur jardin,
il donnait des graines d’étoiles à planter.
Il leur enseignait comment en prendre soin
et voilà qu’après quelques années,
des arbres majestueux avaient poussé
avec des feuilles et des fruits étoilés !

A ceux qui aimaient l’architecture,
il construisait des maisons solides.
A ceux qui aimaient la mode et les chaussures,
les étoiles filantes tissaient des habits splendides !

Tout le monde adorait ses créations :
elles satisfaisaient tous les goûts
et convenaient à toutes occasions.
Des commandes, il en avait beaucoup.

Il pouvait tout créer, vous l’aurez compris,
mais rien sans ces belles étoiles choisies,
ça et là, aux quatre coins de la galaxie
et qui partaient volontiers avec lui.

Mais voilà que du jour au lendemain
ces fameuses étoiles se firent plus rares…
Pour en trouver, il devait aller très loin
et rentrait chez lui de plus en plus tard.

Ca alors ! Pourquoi ces disparitions ?
Quelque chose ne tournait pas rond !
Il devait bien y avoir une explication…
Il se mit donc à observer les environs.

C’est ainsi qu’il vit que la presque totalité
de l’Univers était plongé dans l’obscurité.
Partout, on manquait de lumière…
Partout… sauf sur la planète Terre !

Cette boule ronde brillait dans la nuit
aussi fort que toutes les étoiles réunies.
« Mais enfin, c’est injuste ! » pensa-t-il.
C’est étrange, comment faisaient-ils ?

Or, c’est à cet instant précis
que vint s’écraser devant lui
une énorme fusée, très jolie,
et qu’un homme en descendit…

« Bonjour, je suis Julien, le terrien !
Je suis désolé de vous déranger
mais je crois que je me suis égaré.
Pourriez-vous m’indiquer le chemin
le plus court pour rejoindre la Terre? »
Le cosmonaute lui répondit à sa manière.

« Bonjour, je suis Edson, l’univérien.
Et bien sûr, je t’expliquerai le chemin.
Mais avant ça, veux-tu venir chez moi ?
Je peux t’offrir un petit repas ! »
L’étranger avait grand faim, il accepta.
Dis donc, il est drôlement sympa!

C’est ainsi qu’ils se retrouvèrent bientôt
chez Edson. « Waaaaa, que c’est beau !
C’est vraiment très joli chez toi !
Et ces objets ! C’est toi qui fait tout ça? »

Edson lui expliqua son métier, ses créations,
les étoiles et leur mystérieuse disparition.
En entendant cela, Julien baissa les yeux :
« Je peux t’expliquer pourquoi, si tu veux…
Sur la planète Terre, là où je vis,
tout fonctionne avec de l’énergie.
On utilise celle du soleil, de l’eau, du vent
pour avoir de la lumière tout le temps.
Récemment, on n’en avait plus assez
alors, après votation, on a décidé
d’utiliser celle des étoiles éloignées.
Je crois que c’était une mauvaise idée… »

Edson le regarda et lui répondit:
« On a besoin des étoiles par ici… ! »
Ces paroles laissèrent Julien songeur.
Puis dans la joie et la bonne humeur,
les deux amis parlèrent d’autres sujets
en dégustant un jus d’étoiles bien frais.

Ils se quittèrent en bons amis.
« A toi Edson, un grand merci !
Tu peux compter sur moi !
Tes étoiles reviendront, tu verras… »

Le terrien monta dans sa fusée
et l’univérien le regarda s’éloigner.
Quelques mois passèrent
puis soudain, dans l’Univers,
les étoiles réapparurent
ainsi que leur lumière, soyeuse et pure.

Julien avait réussi ! Waaa ! Youpie !
Edson rassembla les étoiles et leur fit
apprendre une petite chorégraphie.
Elles dansèrent longtemps ainsi,
tandis que sur la Terre, il faisait nuit.
Julien regardait par la fenêtre
quand il vit soudain apparaître,
dans le ciel, le mot MERCI.

Il sut immédiatement que c’était son ami
et cela le remplit d’un bonheur infini.
Il pensa à Edson, cet artiste si inspirant,
et s’endormit à la belle étoile, paisiblement…

Illustration Séverine Bruggmann

Laisser un commentaire