Le burn-out du Roi

Dans le Royaume Dessous-Dessus,
tout est sens dessus-dessous.
Le Roi, dit-on, est devenu fou
et rien ne fonctionne plus.

Du matin au soir, il reste dans son lit
le regard hagard, perdu dans l’infini.
Il ne veut plus manger, ni se laver :
il broie du noir toute la journée.

Cela fait plusieurs mois que ça dure
et tous souffrent de cette mésaventure.
Dans les rues, les champs, le château,
même topo. Partout, c’est le chaos.

Les agriculteurs plantent les graines en hiver
montent les vaches et mènent les chevaux à traire.
Les cuisiniers servent le soir des plats sucrés,
les couturiers travaillent la laine en plein été,
les jardiniers tondent les fleurs au lieu du gazon,
les domestiques courent partout sans raisons,
les scribes croulent sous des montagnes de papier…
Seuls les artistes sont stimulés dans leur créativité.

Le Roi est atteint d’une bien étrange maladie
qui plus est contagieuse… Que de soucis!
Et ses conseillers sont plus que désemparés :
rien ne le guérit, ils ont tout essayé !

Ils ont dépêché les meilleurs médecins des environs
qui lui ont prescrit toutes sortes de médicaments.
Plein d’espoir, on s’attendait à des améliorations
mais statut quo : Roi KO dans son drap blanc.

On l’a envoyé faire une cure en montagne
puis au bord de la mer. On pensait que le soleil,
lui si lumineux, pourrait faire des merveilles.
Mais le Roi restait apathique dans son pagne.

On a fait venir des artistes du monde entier
pour tenter de lui changer un peu les idées.
Mais à peine le spectacle avait-il commencé
qu’il s’assoupissait et se mettait à ronfler.

On a envisagé aussi le mauvais sort
et cherché dans les moindres recoins
des sorciers et sorcières qui vivaient encore
mais tout ce ramdam a été vain :
malgré toute la magie et les incantations
le Roi ne retrouvait ni passion, ni raison.

Un avis envoyé aux citoyens, récompense à la clé,
appelait au Château toute solution ou bonnes idées.
Chacun fait des propositions, y met du sien,
mais peine perdue, cela ne changeait rien.

Ereintés, on décide de baisser les bras.
Le Roi ne règnera plus, tant pis, voilà… !
On se résigne et on le laisse comme ça.
Tout le monde rentre donc chez soi.

Bientôt, dans le Royaume, plus un bruit.
Tous semblent s’être endormis.
Même pas un couignement de souris.
Or, c’est à ce moment précis…

… que le Roi se lève, tout requinqué !
Ouh de la lumière, quelle belle journée !
Il s’approche de la fenêtre, comme à l’accoutumée,
mais pas un chat : où sont-ils tous passés ?

Le Roi se met en route, va voir tous ses sujets,
s’excuse platement pour sa longue absence :
il avait, leur dit-il, juste besoin de silence.
Tous ouvrent des grands yeux étonnés
mais l’allégresse de retrouver leur Roi,
leur fait vite oublier leur grand désarroi.

Dans la joie et la bonne humeur,
tous se remettent à leur labeur.
Ensemble, on se promet de construire
un Royaume plus sain et équilibré,
où l’humour, l’amour peuvent vivre…

… et où le silence a aussi sa place pour régner.

Illustration : Fabrice Joly

2 réflexions sur “Le burn-out du Roi

Laisser un commentaire