Journée de boulot – Matinée

Heureusement, mon ordinateur est vieux. Il m’offre lors de son démarrage interminable quelques minutes de répit que je mets à profit pour envoyer ma tête loin d’ici. Quand le bureau s’affiche, mon estomac se noue : combien de bombes dans mes dossiers ce matin?

Les bombes, c’est une sale habitude de ma responsable. Quand elle ne comprend pas ou qu’elle pense avoir identifié une erreur, elle enfonce sa touche majuscule et me vomit des instructions. Comme je considère mon travail trop médiocre pour lui répondre, je saute sur mes mines matinales en silence.

T’as rendez-vous dans un café:
tu repères une table et t’assieds.
Tu travailles un moment
tout en écoutant les gens.

Ils parlent de la pluie, du beau temps,
de peines et de joies: c’est vivant.
Et pour toi, c’est surtout inspirant:
de la matière pour créer, assurément.

Ton collègue arrive, indépendant,
tout aussi tarré que toi évidemment.
Retrouvailles autour d’un express
et d’un « work in progress ».

Lorsque ma cheffe franchit la porte, c’est la météo de ma journée qui s’affiche. Je sais enfin si je vais juste me trainer ma petite boule de billard ou un indigeste trou noir. Sa façon de marcher, ses yeux, son bonjour: je suis à l’affût du moindre indice pendant son voyage de la porte à son bureau dans mon dos.

De mon côté, peu importe les mines, je m’applique un air enjoué et le plus convainquant possible. Voire, quand je suis vraiment en forme, je la remercie de ses observations constructives en oubliant de lui faire remarquer que je ne suis pas aveugle et que les minuscules c’est bien aussi. Les jours d’orages, elle me répond à peine. Elle s’assied, allume son ordinateur et boit son café sans un bruit.

« Pourquoi tu fais ça? »
On te le demande parfois.
Ben… Pour mille raisons
ou plutôt sans raisons.
Niveau argumentation,
 vraiment rien de béton.
Juste parce que c’est bon !
T’as d’autres questions ?

Textes : Sandro Dall’AglioNoémie Pétremand
Photos et vidéos : Dominique Green

Laisser un commentaire