Le Jeune et le Maître

Le Jeune est riche, ambitieux,
admiré, fier et combattant. 
Le Maître est pauvre, vieux,
enjoué, calme et bienveillant.

Le Jeune habite une maison
et porte de beaux vêtements.
Le Maître est vêtu de haillons
et vit plus qu’humblement. 

Le Jeune aime avoir raison,
être le centre de l’attention.
Le Maître préfère la discrétion,
s’efforce d’être juste et bon…

Le Jeune fuit la pauvreté,
synonyme pour lui de fragilité.
Le Maître fait plutôt rimer
vulnérabilité avec humanité.

Le Jeune a de nombreux serviteurs
qui exaucent ses désirs à toute heure.
Le Maître passe des journées entières
à nourrir les poissons de la rivière.

Autant dire que ces deux être-là
n’auraient jamais dû se rencontrer.
Et pourtant, voilà que ce jour-là,
ils se retrouvent, là, nez à nez.

Le Jeune a entendu parler
de ce Maître plein de sagesse.
Si cet homme est admiré,
il faut que je le connaisse. 

Lorsqu’il arrive devant lui,
son regard est méprisant
tandis que le Maître sourit
et l’observe tendrement. 

Le Jeune veut passer son chemin.
Ce vieillard n’est Maître de rien !
Mais quelque chose le retient :
cet homme semble si serein… 

Alors, avec une feinte contenance,
il lui demande, brisant le silence :
« Maestro, vous qu’on dit sage et brillant
pourquoi donc passer votre temps
à dispenser vos enseignements
à des êtres si… insignifiants ? »

 Le Maître sourit et lui répond : 
« J’ai été comme toi, mon garçon,
puis j’ai compris que mon arrogance
était la preuve de mon ignorance.
Je suis et vais simplement là
où l’on a besoin de moi.
Je me mets au service de la vie,
de l’amour et de l’harmonie
et partage à qui veut m’écouter
ce que ce monde m’a enseigné. »

Sur ces paroles, le Maître se tait.
Le Jeune s’incline et disparait. 
Ce type est complètement barré !
Il n’en reste pas moins fasciné… 

Tant et si bien que le lendemain,
il s’en revient trouver « l’Ancien ». 
Comme le Maître est absent,
le Jeune se met, en l’attendant,
à donner à manger aux poissons.
Comme en méditation… 

Illustration Hector Lopez

Gravures et texte en espagnol Héctor R. López Figueroa
Adaptation Noémie Pétremand

Laisser un commentaire