Le trou des Gastlosen

On raconte que ce jour-là,
le pauvre diable se réveilla
de très bonne heure
et de mauvaise humeur…

Le soleil n’était pas levé
qu’il était déjà énervé :
il fulminait intérieurement
et fumait extérieurement.

Lui qui avait tendance
à être rouge naturellement,
il était écarlate à outrance
comme la lave d’un volcan.

Rageusement, il partit alors
chez sa grand-mère Aurore
qui savait comment faire
pour calmer ses colères.

En chemin, pour se défouler,
il arrachait des arbres à mains nues
et s’amusait à les replanter
sur d’énormes rochers perdus
au pied des Gastlosen, ça et là,
certain qu’ils ne survivraient pas.
(Vous ne le lui direz pas
mais il sont toujours là!)

Arrivé près de la chaumière
de sa chère grand-mère,
le diable hurla à tout va :
« Grand-Maman ! Tu es là ? »

Cette dernière, en l’entendant,
leva les yeux au Ciel, lassée :
« Oh non ! Pas maintenant !
Ça ne va pas recommencer ! »

Ce n’était pas du tout l’heure
mais elle sortit quand même
et demanda à son visiteur :
– Quel mauvais vent t’amène ?

– Je suis très fâché
comme tu le vois !
Pourrais-tu m’aider
encore une fois ?

– Cela ne peut plus durer.
C’est non, mon garçon !
Tu dois apprendre à gérer
tout seul tes émotions.

Le diable poussa un cri
si puissant que la paroi
de la montagne trembla
et que l’écho fut surpris.

Emporté par sa colère,
il saisit sa grand-mère, 
la lança contre la paroi
si fort qu’elle la percuta 
et, en la traversant,
créa un trou béant.

BOUM ! Silence…
BAM ! Vengeance…

Fier de ce beau lancé,
le Diable alors s’assit
et commença à retrouver
son léger teint roussi.

Elle l’a mérité, n’est-ce pas ?
Non mais ! Quel toupet celle-là !
En vrai, elle l’a bien cherché.
Gérer ses émotions : quelle idée !

Perdu dans ses pensées,
le diable rentra chez lui
tandis que de l’autre côté,
l’aïeule reprenait ses esprits…

Mon petit-fils a du boulot :
contrôle émotionnel zéro !
Et ce trou va être compliqué
à combler ou rabibocher… 
Oh je sais ! Et si j’en faisais
mon petit passage secret ?

Aurore se leva,
se glissa agilement au travers
et retourna
toute baignée de lumière
dans sa jolie chaumière
vaquer à ses petites affaires.

Quant au diable, une fois calmé,
il eut une once de culpabilité.
Il n’alla pas jusqu’à s’excuser :
fallait pas pousser Mémé !

Toutefois, quelques paroles en l’air
indiquaient qu’à sa prochaine colère,
il essaierait de jeter des pierres
plutôt que sa pauvre grand-mère…

Texte Noémie Pétremand
Illustration Cendrine Davesne

2 réflexions sur “Le trou des Gastlosen

Laisser un commentaire