Monsieur Squelette

Ce soir-là, Monsieur Squelette
sort tard de sa maisonnette. 
Un peu plus et avec sa sieste,
il manquait la grande fête !

Dehors, il fait déjà nuit
mais les rues sont éclairées
de milliers de bougies
et richement décorées.

Il y a des drapeaux colorés
qui dansent dans le vent
et des courges creusées
aux visages effrayants.

En chemin, il croise sorcières,
fantômes, monstres divers
et des enfants qui – aux maisons – 
crient : « un sort ou un bonbon ? ».

Il les observe, amusé,
mais ne peut s’attarder :
il doit aller travailler
à la maison hantée.

En arrivant, il slalome un peu
entre les gens venus nombreux : 
tous attendent impatiemment
de s’épouvanter joyeusement. 

Madame Citrouillette fait la queue.
Elle est belle, maquillée un peu.
Elle a revêtu sa longue robe noire
qu’elle ne porte que certains soirs.

Il ne la remarque même pas
trop occupé à presser le pas
pour rejoindre sa salle préférée
tapissée de toiles d’araignées. 

Caché derrière l’une d’elle,
il effraie ceux et celles
qui s’en approchent trop
en bondissant dans leur dos.

C’est le cas de Madame Citrouillette
qui, surprise par cette silhouette,
ne peut retenir un cri de terreur
puis éclate d’un rire enchanteur.

« Nom d’un potimaron, dit-elle,
vous m’avez fait peur ! »
« C’était un plaisir, répond-il,
de vous faire une frayeur. »

Ils se regardent furtivement
et se sourient timidement.
Le teint d’habitude orangé
de Madame devient foncé
tandis que Monsieur sent
ses os craquer doucement.

C’est alors qu’une voix retentit :
« S’il vous plaît, groupe suivant ! »
brisant soudain la magie,
la tendresse du moment.

Un bref signe de la main
et chacun de son côté
reprend le fil de sa soirée
puis de son quotidien…

Depuis, on m’a raconté
qu’ils se sont cherchés
mais jamais trouvés : 
l’art de se passer à côté ! 

Alors si par hasard, ce soir,
vous lisez cette histoire
et que vous les apercevez
dans une rue illuminée
(au milieu des sorcières,
fantômes et monstres divers),
peut-être que vous pourrez
les aider à se retrouver ?

Un coup de pouce au destin
parfois… ça fait du bien !

Texte Noémie Pétremand
Illustration Cendrine Davesne

6 réflexions sur “Monsieur Squelette

Laisser un commentaire